Actualités

Cetec implante une ligne ensachage-palettisation chez RAGT Semences

RAGT Semences, spécialiste européen_en blé tendre avec 33 % de part de marché en France et 25 % en Europe, s’est dotée dernièrement pour son site beauceron de Lutz-en-Dunois d’une ligne ensacheuse-palettisation fabriquée par Cetec Industrie.

C’est dans l’Eure-et-Loir, sur la « Route du blé en Beauce», l’un des poumons français en matière de cultures céréalières avec la Picardie et la Champagne, que le semencier nous a ouvert ses portes.
Implantée sur le site d’ Axéréal, l’usine RAGT Semences a construit son propre bâtiment de 4600 m2 après avoir partagé son acti­vité avec la coopérative. « Face à l’activité semences qui est en constante évolution chez RAGT Semences, spécialiste euro­péen en blé tendre, explique Clé ment Chabot. 37 ans et responsable du site, notre société nous a dotés depuis mai 207 7 d’un bel outil avec cette usine qui va nous per­mettre, avec ses 7 600 m2 supplémentaires, d’intensifier notre production et d’être à la pointe de la technologie dans le dévelop­pement de la semence. »

À Lutz-en-Dunois, RAGT Semences sèst automatisée
Du côté de RAGT Semences, spécialisée dans le blé tendre – dont la part sur le mar­ché français est estimée à 33 % (25 % en Europe) – et basée à Rodez (Aveyron), tout a été mis en œuvre pour que le site de cet obtenteur semencier de Lutz-en-Dunois soit le plus fonctionnel possible, depuis l’arrivée des matières premières jusqu’à l’expéd1t1on, en passant par le traitement des graines, le stockage et les nouveaux équipements, dont la ligne ensacheuse­palettisation. Arrivé en Beauce en 2012, Clément Chabot, qui a participé à l’évolution de cette structure en tant qu’adjoint, puis responsable du site depuis mai 2016, se souvient : « Dès l’annonce d’un nouveau bâtiment, nous n’avons pas hésité long­temps devant l’opportunité d’améliorer nos process, notamment de passer d’une ligne manuelle à une ligne automatisée, d’autant que les budgets étaient prévus. » Un changement mûrement réfléchi et qui n’a pas été réalisé d’un simple coup de baguette magique. « En fonction de notre cahier des charges et du projet élaboré par Nicolas Savignac, responsable développe­ment industriel à l’usine de Rodez, nous avons pris contact avec trois fournisseurs, les plus adaptés à notre choix, puis nous avons visité leurs installations. »

Cetec à l’écoute de RAGT Semences
Finalement, la société Cetec a répondu aux attentes « en travailant constam­ment en étroite collaboration avec RAGTSemences », souligne Mathias Elie, respon­sable commercial France, et dans la foulée de l’installation, la ligne automatisée a pu parfaitement s’intégrer dans le système de fonctionnement de l’usine. « Dans un pre­mier temps, cette nouvelle ligne a effacé, en partie, la pénibilité au travail, comme le fait de porter 30 tonnes par jour, et ça, c’est un point fort. De plus, la robotisation permet la réalisation d’autres tâches en temps masqué, et ne nous oblige plus à un système d’organisation en trois-huit. »
Longue de 14 m pour une largeur de 7,50 m entre le magasin où sont disposés les sacs en papier pliés et la sortie de la palette, la ligne d’ensachage et de palettisation Cetec a été réalisée en deux phases : le module ensachage en juillet 2018 pour différents formats de sacs (petit, moyen et grand) et de poids (de 3 à 40 kg) ; puis la partie palettisation, 1 an plus tard. Un équipement qui, outre une qualité. de travail, tant pour les opérateurs que pour les produits, offre de nombreux atouts. Dorénavant, Cetec propose, pour ce même type d’instal­lation, une solution en LOA (location avec option d’achat) avec un partenaire bancaire pour moins de 6 000 € par mois sur 7 ans.
Une cadence de près de 350 sacs/heur;e, qui pourrait évoluer à 1 000 sacs/heure avec une même installation, fuais, dans ce cas, il faudrait configurer différemment le robot en l’équipant notamment d’un – élévateur en continu. Une accessibilité de nettoyage, « car le changement régulier de lot de semences nous impose à 3 ou 4 nettoyages par jour pour qu’il ne reste aucun grain. Et ce, dans la totalité intérieure du circuit, que ce soit au niveau de la trémie, de l’élévateur, de la doseuse, et de la bouche d’ouverture», précise Clément Chabot.
Il faut savoir qu’à Lutz-en-Dunois, RAGT Semences gère la production de 170 ha dans différentes variétés de blé tendre : Rubisko, Cesario, Sacramento, Premio, et Arezzo, en partenariat avec les agriculteurs afin d’obtenir des semences de première génération (base/pré-base) qui sont ensuite certifiées et mises à la vente aux coopéra­tives et aux négoces.

Le dosage : point de départ
Les semences arrivent en provenance directe des agriculteurs, puis sont traitées et acheminées dans le module dosage. Déversées dans la trémie collectrice, les semences de blé tendre passent dans le doseur gravitaire à casque, piloté par ser­vomoteur. Le doseur gère un flux de pro­duit et se dirige vers la benne de pesée qui repose sur 3 pesons. Un doseur qui a la particularité d’avoir un accès rapide et surtout de se démonter sans outils, pour faciliter et diminuer le temps de nettoyage.
Une fois cette opération effectuée, les semences passent dans une trémie de chute, le remplissage s’effectue.

L’ensacheuse : c’est le cœur de la ligne
Simultanément au dosage situé sur la partie haute de l’installation, une pile de sacs est déposée à hauteur d’homme sur un convoyeur à plat, puis, un à un, ces derniers sont dépilés automatiquement avant d’être identifiés par une, voire deux étiquettes, comme c’est le cas chez RAGT Semences. Le sac est ensuite recentré, puis amené par un bras entre des pinces avant d’être ouvert, dosé, mis en forme et cousu. D’ailleurs, à ce niveau de l’ensacheuse, la Cetec peut propo­ser de mettre en place une solution évolutive avec une fermeture thermoscellable par bande. Un appui technique qui pourrait intéres­ser RAGT Semences dans le cadre de la conservation des semences. Reconnu pour sa polyvalence, sa fiabilité d’accès, sa facilité d’uti­lisation et de nettoyage cette ligne est pilotée par un automate avec une interface UI, composé de 2 écrans : un pour la doseuse et l’autre pour l’ensacheuse. Cet équipement fonctionne à merveille
à Lutz-en-Dunois, mais cela n’empêche pas Mathias Elie d’attirer notre attention sur un point tout particulier qui a son importance : « Il faut, insiste-t-il, que la prise du sac soit réalisée correctement, car c’est un passage-clé pour la suite du bon déroulement des opérations. »

Le contrôle qualité par le poids
Entre ce premier module et celui qui concerne la palettisation, il y a le contrôle qualité. Une étape qui, de nos jours, est de plus en plusrigoureuse, notamment dans le milieu agricole, avec les nôrmes, tant au niveau hexagonal qu’à l’échelle européenne, qui ne cessent de se multiplier. Pour répondre au mieux à ce cas de figure et sécu­riser ses clients, la société périgourdine préconise – ce que du reste le semencier d’Eure-et-Loir a choisi – un contrôle de poids.
En fait, la balance vérifie que chaque sac soit homologué au bon poids avant d’être dirigé sur ce que l’on appelle le « convoyeur à rouleaux carrés » qui permet d’égaliser le niveau du produit dans le sac.

Le robot : acteur majeur du module palettisation
La partie palettisation, facile à intégrer en termes de mécanique et d’automatisme, est associée à un conformateur de couche de sac, ce qui est l’une des dernières innovations de Cetec, arti­culée autour du robot. Sur ce site de RAGT Semences, le robot Cetec a été judicieusement étudié afin qu’il soit optimisé au maximum. Le sac arrive fond en avant en provenance du convoyeur, puis il est pris par la tête du robot avant d’être recentré dans les griffes de l’automate par un jeu de doubles pinces : une le soulève, l’autre le recentre. À 2 mm près, le sac est ensuite déposé sur la table de conformateur. Une fois la palette complétée de sacs de semences, 4 rives motorisées viennent recentrer la couche de sacs, puis le fond s’escamote, la couche descend sur la palette, le fond se referme et vient presser la couche déposée ce qui permet d’optimiser la qualité de la palette.
Dès que la palette est évacuée sur un convoyeur motorisé, le robot va chercher une nouvelle palette et un cartonnage de protection, et ainsi de suite. L’ensemble robot-palettisation est piloté depuis un pupitre de contrôle sur pied qui domine les opérations, ce qui, en termes de visibilité, est particulièrement appréciable pour l’opérateur. Celui-ci peut, sur place, modifier ou créer ses plans palettisation à l’aide d’un joystick.

Tous les articles